GAMBARDELLA. PLOUVORN - VANNES ARRÊTÉ À LA MI-TEMPS

publié le 7 févr. 2016 à 00:36 par Avant-Garde Plouvorn

Reporté la semaine dernière pour une pelouse jugée trop grasse, le 32e de finale de Coupe Gambardella entre Plouvorn et Vannes a, cette fois, été arrêté à la 45e minute. Le match devrait avoir lieu samedi prochain à Vannes. Peut-être. 

Fallait-il rejouer à Plouvorn ? 
C'est la grande question et c'est trop facile de dire non maintenant. Après avoir passé sa semaine à lire des fichiers météo et à se renseigner auprès de la base aéronavale de Landivisiau, le club de Plouvorn a pris la décision, risquée certes, de maintenir le match à Plouvorn mercredi soir. Une entreprise a passé la journée de vendredi sur le terrain afin de faire des saignées permettant d'aérer une pelouse qui, à une heure du coup d'envoi, malgré un vent à décorner les boeufs, était parfaitement jouable de l'avis des deux clubs. 

Que s'est-il passé hier ? 
« On est en Bretagne, on va s'adapter », souriait Camille Soriano, la jeune arbitre de 21 ans, venue de Nantes, alors que le ciel noir et les trombes d'eau pendant l'échauffement ne laissaient rien présager de bon. Après un quart d'heure, on a vite compris que le match n'irait pas au bout. A la mi-temps, l'arbitre a décidé d'arrêter la mascarade. « Ça s'est dégradé au fil des minutes, on ne pouvait plus continuer comme ça », s'est-elle justifiée. Vannes, avec l'appui du vent, menait 3-0 grâce à des buts de Person (1'), Roblin (10') et Gaudin (27'). Le match était plié à 99%. 

Plouvorn a-t-il tout perdu ? 
Puisque le match débutera à 0-0 le week-end prochain, Plouvorn n'a encore rien perdu et même déjà gagné pas mal : le réglement financier de la compétition stipulant que la recette était « laissée au club organisateur », l'AGP a empoché près de 3.000 €, hier, avec un ticket d'entrée à 3 €. Malgré le temps, plus de 1.000 spectateurs ont, en effet, payé leur entrée pour un demi-match. Ils sont rentrés plus tôt à la maison, laissant derrière eux un décor d'apocalypse. 

Comment ont réagi les dirigeants des deux clubs ?
Forcément moins bien du côté de Vannes, mais pas très bien non plus du côté de Plouvorn. « C'était une sage décision d'arrêter », résumait Jean-Charles Guilmoto, responsable des jeunes à Plouvorn. On a tout fait pour que ce soit une fête mais on ne maîtrise pas la météo. Quand je pense qu'à 13 h, c'était encore jouable... » « J'ai dit ce matin aux dirigeants que ça finirait comme ça. Je suis frustré pour les gars, ça fait deux fois qu'on vient. Plouvorn aurait dû anticiper et jouer sur un synthétique », constatait, de son côté Florian Tozzio, l'entraîneur des U19 du Voc alors que son père, co-président du club, apportait la voix de la sagesse : « Ce n'est de la faute de personne. On ne se sent pas lésé car personne ne nous a volés mais frustrés, oui, bien sûr... » 

Quand et où se jouera le match ?
Sûrement samedi prochain à Vannes mais c'est désormais à la commission d'organisation de la compétition de statuer. « On va prendre contact dès lundi », affirmait Guilmoto. L'article 6.7 de la Coupe Gambardella, relatif aux matchs remis ou à rejouer, précise qu'en cas de « nouvelle impraticabilité du terrain, (ndlr : ce qui est le cas ici) la Commission d'Organisation a la faculté de procéder à la désignation du terrain du club adverse, ou à un autre lieu de rencontre en cas d'impraticabilité du terrain des deux clubs en présence ». Les 16e s de finale sont prévus le 20 ou 21 février. Et le Stade Brestois attend toujours son adversaire.



Eric Daniellou (avec M.P.) 
source © Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/football/encore-rate-07-02-2016-10949594.php#AQfOaI4qZxlP7Qpx.99
Comments