Synthétique. Opérationnel dès la saison prochaine (Le Télégramme)

publié le 11 mars 2019 à 01:44 par Thibault Troadec
Le terrain synthétique verra le jour à l’aube de la saison 2019-2020. En effet, samedi 9 mars, l’Avant-Garde et les élus ont validé le projet. Les travaux devraient débuter en juin. Un exploit pour une commune de près de 2 950 habitants. Seule incertitude : son emplacement.
Un projet dont les discussions ont débuté il y a près de trois mois et qui piétinait concernant les aspects juridique et fiscal. « Nous avons bien travaillé sur ce sujet, indique François Palut. La seule incertitude, c’est son emplacement. Soit sur celui à côté de la salle Bel-Air ou bien à côté de la salle de tennis ». La mairie sera le porteur du projet. Elle est aussi propriétaire des terrains de football.

Le coprésident, Maxime Guillerm, a expliqué cette volonté de se doter d’un synthétique par des entraînements annulés à maintes reprises et des matchs reportés. « Le club possède 18 équipes, avec 301 licenciés, commente Maxime Guillerm. Ça devenait un gros problème d’organisation pour les plannings d’entraînements et de matchs pour les dirigeants et les éducateurs ». Avec ce projet, le coprésident veut également se donner une ambition locale : « Avec ce terrain, on se donne les moyens d’avoir une suprématie locale ».

Autofinancement de 110 000 € et un emprunt de 190 000 €

Le trésorier adjoint, Bertrand Verdon, a expliqué le financement : « Nous avons un devis de 440 000 €. La Fédération française nous versera une subvention de 40 000 €; la mairie, 100 000 €. Nous apporterons un autofinancement de 110 000 €. Avec les recettes réalisées sur les dernières saisons, il restera 14 000 € à trouver. Cette somme sera financée par du mécénat et des actions. Pour les 190 000 € restant, le club partira sur un emprunt ». En effet, l’Avant-Garde est partie sur un financement avec deux banques locales, sur une durée de quinze ans, avec un remboursement de 14 200 € par an. « Il n’y a aucune caution d’exigée », tient à préciser Maxime Guillerm. Bertrand Verdon a indiqué que vers 2025, le bilan comptable devrait être en négatif.

Des appels d’offres lancés

Les appels d’offres débuteront prochainement, pour des travaux qui pourraient démarrer en juin. Les terrains ont été homologués par la Fédération, ainsi que l’éclairage. Le maire a tenu à préciser qu’il n’y a pas de projet de tribune sur ce site. Alain Guillerm, ancien président du club, a demandé si la communauté de communes du pays de Landivisiau pouvait intervenir financièrement. François Palut a indiqué que le projet du synthétique a été discuté et refusé, ne faisant pas partie des projets du territoire.

Interview de Maxime Guillerm (coprésident)

« La garantie d’avoir un bon niveau sportif »

À la tête de l’Avant-Garde en coprésidence, Romain Floch et Maxime Guillerm donnent le tempo pour leur première saison, avec la validation de ce terrain synthétique. Le jeune trentenaire, Maxime Guillerm, revient sur cette réunion.

« J’ai vu les anciens présidents comme mon père (Alain Guillerm), Bertrand Verdon, Daniel Bozec, Jean-Marc Jaffres ou bien les derniers, Yvon Livolant et Olivier Le Borgne se battre pour avoir un terrain synthétique. Avec mon équipe, nous avons pris le problème à l’envers. Nous avons monté le dossier et nous l’avons présenté à la municipalité ».

Quel est votre ressenti actuellement ?
« Je suis content de la finalisation. C’est la garantie d’avoir un bon niveau sportif à Plouvorn par rapport aux communes voisines. »

Et le côté financier ?
« Nous avons plusieurs leviers positifs. Il n’est pas exclu que le prix des licences augmente ».

Combien de mois de travaux ?
« Les appels d’offres sont lancés. Il faudra deux mois et demi de travaux ».

Reste maintenant à l’entraîneur, Jean-Charles Guilmoto, et ses joueurs à se maintenir en R1. Les Plouvornéens sont actuellement avant-derniers et en position de relégables. À noter que l’Avant-Garde est sur un projet d’organiser un match amical, en juillet, avec le Stade Brestois 29. L’adversaire n’est pas encore connu.
Comments