A 40 ans, il s'est retrouvé gardien de but en DHR AG Plouvorn : Loïc Crenn se tient prêt - 4 mars 2009

publié le 30 avr. 2009 à 08:21 par Avant-Garde Plouvorn   [ mis à jour : 30 avr. 2009 à 08:22 ]

C'est une drôle d'aventure qui était arrivée l'an passé à Loïc Crenn, le joueur de champ de l'Avant-Garde de Plouvorn, qui s'est découvert très tard des talents de gardien. Au point d'être appelé, à 40 ans passés, à garder les buts de la... DHR ! Et pour un peu, l'histoire se reproduirait cette année encore.

Santécois d'origine, Loïc Crenn a chaussé ses premiers crampons sous les couleurs clédéroises, où il joua sur le champ jusqu'en seniors, avant de signer à Plouvorn lors de son entrée dans la vie professionnelle dans la filière porcine. Depuis ses 21 ans, il a toujours joué dans l'équipe C plouvornéenne, avant d'arrêter le foot en catégorie vétérans. Pendant deux ans, il a arrêté de courir pour se mettre au service de la C, comme coach, puis a repris le foot, en jouant avec laD, à l'approche de la quarantaine. Comme il manquait un gardien, ses potes lui ont alors offert une casquette. Et le voilà balancé gardien de but de laD. 

Entraînements poussés et régime draconien 

Mais en début d'année dernière, Nicolas Séach, le gardien titulaire de l'équipe B, est victime d'une fracture ouverte de la main (saison terminée) et voici notre Loïc Crenn propulsé gardien de la C, qu'il conduira jusqu'au titre de champion (il a connu trois montées dans sa carrière), succédant ainsi à Sébastien Uguen, promu en B.Mais voilà que ce dernier écope d'un carton rouge, ce qui fait que Loïc est appelé comme dernier rempart d'une équipe B qui joue son maintien en DHR! «Là, ce n'était plus pareil, car il y avait du beau monde en face. Je n'avais jamais joué à ce niveau et il a fallu suivre des entraînements très poussés, ainsi qu'un régime très draconien dans la semaine. Mais autant Kévin Le Mignon, coach de la C, que Guy Troadec, coach de la B, m'ont fait confiance. Je leur en suis reconnaissant, parce que ce n'était pas évident d'avoir à porter une telle responsabilité». 

Dimanche, on monte d'un cran

la suite ICI

Comments