Le Télégramme "Très sévère pour Plouvorn"

publié le 13 déc. 2009 à 00:56 par Avant-Garde Plouvorn

La GSI a fait respecter la hiérarchie des trois divisions d'écart, hier soir. Toutefois, sans une parade décisive d'Obilalé à la 77e, alors que Plouvorn était revenu à 2 buts à 1, que se serait-il passé?

Même si l'AG Plouvorn pouvait regretter de ne pas avoir été récompensée pour son jeu fluide (notamment après l'ouverture du score de la GSI signée Toulliou
à la 10e minute), force est de constater que Pontivy avait fait le boulot, inscrivant le deuxième but à la 28e, au moment où Plouvorn semblait revenir dans le match. Un véritable coup de poignard pour les hommes de Laurent Kerleroux. En effet, dès le début de ce 8e tour, la GSI ne tardait pas à trouver l'ouverture. Signalons que le premier but aurait pu intervenir plus tôt, lorsque le corner de Péru était repris de la tête par Le Guerroué, Derrien, le portier visiteur battu, était sauvé par son défenseur Labat qui dégageait sur sa ligne.

Toulliou à l'ouverture

Première frayeur pour Plouvorn, la seconde était fatale. Tout d'abord Guyader servait Péru, centre appuyé du capitaine pontivyen que Bray effleurait, trompant son garde du corps Cueff; Toulliou, esseulé au second poteau, ajustait tranquillement Derrien. Plouvorn pourtant ne s'avouait pas vaincu et, sous l'impulsion de Guillemoto, de Bellec, la troupe visiteuse venait taquiner Obilalé, le gardien pontivyen sur des corners ou sur des coups francs. La GSI, nous l'avons dit ci-dessus, avait tendance à laisser l'initiative à Plouvorn qui prenait confiance... puis arrivait le coup de bambou de la 28e. Da Costa, le Pontivyen, voyait Péru démarqué faire un appel de balle; aussitôt servi, le Pontivyen; tout en finesse; éliminait Derrien et glissait le ballon dans la cage finistérienne. 2 à 0, c'était la marque au repos. Au retour des vestiaires, Plouvorn trouvait qu'il restait quarante-cinq minutes et que rien n'était joué. D'ailleurs un centre de Guillemoto trouvait la tête de Bellec à la 47e, le ballon passait au ras du montant. Puis, pratiquement dans la minute suivante, Bellec, de nouveau de la tête, mettait de peu au-dessus deux avertissements ans frais pour la GSI. Plouvorn poussait, obtenant même un coup franc très bien placé, Obilalé ayant mis sept secondes au lieu de six autorisées pour dégager, mais ce coup de pied arrêté ne donnait rien.

Salaün redonne l'espoir

Il n'empêche que Salaün, juste après sa rentrée, de la tête sur un coup franc battait Obilalé, le coup franc ayant été doté par Roguez. Moralité: Plouvorn y croyait de nouveau à fond et Salaün obligeait Obilalé à réussir un superbe arrêt, véritablement le tournant du match car une minute d'écart, Traoré qui lui aussi venait d'être incorporé par son coach Le Dour, servi par Péru, était fauché en pleine surface de réparation. Penalty indiscutable que Bray transformait à la 81e minute, 3 à 1 pour la GSI Pontivy. Plouvorn chancelait, la GSI regonflée, inscrivait trois autres buts par Péru à la 84e, Bray à la 85e et Havart, pendant le temps additionnel: 6à1 pour la GSI Pontivy qui poursuit l'aventure et qui va attendre le tirage des 32e de finale, demain.

H.C.

Lire la coupe de France sur le Télégramme ICI >>>
Comments