ARCHIVES‎ > ‎La presse‎ > ‎la presse locale football‎ > ‎

Coupe de France (3e tour). Il en reste six sur le pont !

publié le 22 sept. 2011 à 01:59 par Avant-Garde Plouvorn   [ mis à jour : 22 sept. 2011 à 02:03 ]
Coupe de France
Ce troisième tour de coupe a donc livré son verdict et aux cinq qualifiés attendus dans le secteur morlaisien, seul le Landi FC s'est ajouté à la liste, car les Plourinois ont été bien malgré eux, les victimes de la plus grande surprise du jour.


Guissény - Plourin (2-0). «Nous avons été ridicules, et les gars ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes », indique James Doner. Guissény a deux occasions, un coup franc qu'ils mettent, et l'autre qu'on donne en faisant une passe à l'attaquant. Quant à nous, nous avons 25 frappes, et on n'arrive pas à en cadrer une seule ». 
Santec - Cléder (3- 4). Malgré l'élimination, Gaëtan Guinamant est satisfait de la prestation de son équipe : « Ce fut un match sympa, car sans attaquant, on en marque trois ». Il aurait bien sûr préféré pouvoir disposer de tous ses attaquants blessés ou absents pour cette rencontre (Caroff, Mouss, Derrien, Cabioch). Du côté clédérois, Johan Dubois reconnaît qu'au terme d'un match disputé dans un très bon état d'esprit, Santec aurait mérité la prolongation : « En termes d'envie et d'engagement, Santec nous était supérieur, et on peut regretter de s'être fait peur en fin de match alors que nous menions 4-2 ». 
Plouescat - Saint-Martin (2-0). Pour la première fois depuis huit ans, la Saint-Pierre Plouescat accède donc au quatrième tour à la grande satisfaction de Benoît Milin, entraîneur et buteur : « Nous avons su maîtriser ce match malgré le vent contraire en deuxième mi-temps, face à une équipe de Saint-Martin qui a joué au ballon et qui a fait preuve d'un bon comportement ». 
Plougonven - Plouvorn (0-2). Du côté plouvornéen, Laurent Kerleroux retient la satisfaction de la qualification: « L'essentiel était de passer, et nous avons fait un match sérieux. Il n'y a que 2-0 puisque nous auvons été maladroits, et leur gardien était bien présent ». Chez les locaux, Gildas Cudennec se fait une raison : « La défaite est logique, mais en atteignant la mi-temps sur un score de parité, notre objectif était quasiment atteint. En seconde période en effet il ne fallait surtout pas s'effondrer, et essayer de subir le moins possible. Les joueurs ont été très disciplinés, les consignes ont été appliquées, et c'est une bonne chose pour la suite de la saison». 
Taulé - Morlaix (2-4). À Morlaix, Jean-Marc Carnot est conscient d'être passé par la petite porte : « Taulé a fait un très grand match, et nous sommes peut-être arrivés là-bas un peu trop sûrs de nous. Le vent soufflait très fort dans l'axe du terrain: chaque équipe a donc eu sa mi-temps ». Du côté taulésien, Sébastien Cabioch ne cachait pas sa déception : « Cette défaite est très frustrante, car nous méritions beaucoup mieux : deux penaltys et un coup franc (le 4e but étant anecdotique), voilà ce que nous avons concédé, car Morlaix ne s'est pas créé une seule occasion dans le jeu. Nous nous sommes créés un grand nombre de situations dans leur surface, et, avec un peu plus de réussite et de lucidité, le résultat aurait très bien pu être inversé. Ce sont peut-être les divisions d'écarts qui font la différence dans les zones de vérité, mais ça reste très difficile à digérer... ». 
Pleyber-Christ - Saint-Pol (0-2 AP). À Pleyber-Christ, Loïc Plassart sort frustré de cette rencontre : « C'est une élimination très difficile à digérer, car nous n'avons pas mérité de perdre et nous n'avons franchement rien à envier à cette équipe du Stade Léonard en ce qui concerne la qualité de jeu. Le but de Saint-Pol survient sur un coup franc totalement inexistant qui, de l'avis général, relève d'une erreur d'interprétation d'un juge de touche. Mais sans arbitre, pas de football. Je retire néanmoins de nombreux motifs de satisfaction sur l'état d'esprit de mes joueurs, et je suis rassuré sur le potentiel de mon équipe ». À Saint Pol, Gildas Fichaut ne retiendra que la qualification: « Ce n'était pas bon, et pourtant il y a un beau terrain là-bas. Nous n'avons pas réussi à poser notre jeu, eux non plus, et il a fallu un coup de pied arrêté pour que ça se décante ». 
Ploudaniel - Landi FC (1-1). L'histoire retiendra avant tout la qualification des Landivisiens, comme le confirme Ronan le Bras : « C'était loin d'être un grand match de football, et nous n'avons pas réussi à poser le jeu comme il se doit, mais nous avons rencontré un adversaire coriace et athlétique, qui n'a été véritablement dangereux que sur coups de pieds arrêtés. C'est d'ailleurs sur l'un d'entre eux qu'ils égalisent à la 93e minute. Ensuite, on ne peut que remercier notre gardien Vincent Laot, qui est allé chercher cette qualification pour tous ses potes ».

Lire le Télégramme ICI >>>

Comments