ARCHIVES‎ > ‎La presse‎ > ‎la presse locale football‎ > ‎

Ma Ville "Football : Plouvorn veut rester fidèle à ses habitudes"

publié le 29 oct. 2009 à 05:05 par Avant-Garde Plouvorn   [ mis à jour : 29 oct. 2009 à 05:14 ]

Coupe de France (6e tour). Coray (DSR) - Plouvorn (DSE), dimanche (14 h 30). Par tradition, la Coupe sourit à Plouvorn. La confiance est donc de mise.

L'histoire de Plouvorn en Coupe de France serait bien trop longue à raconter, tant les Plouvornéens se sont mis en valeur dans cette compétition. Laurent Kerleroux, le nouvel entraîneur, découvre d'ailleurs la ferveur qui anime le club dans cette épreuve. Et il ne boude pas son plaisir de se retrouver à la tête d'un groupe « qui correspond » à ses valeurs autant chez « les joueurs que (chez) les dirigeants. »

Depuis son arrivée, en tout cas, la mayonnaise semble être en train de prendre. Plouvorn est en tête du groupe A de DSE. Et le club ne désespère pas de réaliser une nouvelle épopée en Coupe. Ce qui passe par une qualification à Coray, face à des Sud-Finistériens en difficultés dans leur championnat de DSR (11es).

La tâche ne paraît pas compliquée « mais ils sont au 6e tour » prévient Laurent Kerleroux. Les Corayens ne sont certainement pas arrivés là par hasard. Dans une rencontre qui semble à la portée de sa formation, le coach plouvornéen sait bien que les valeurs seront nivelées. Admettant tout de même qu'il est préférable « de jouer contre Coray que de retrouver sur sa route Concarneau ou Quimper. Les chances de qualification sont à 50-50. » À l'annonce du tirage, les Nord-Finistériens n'avaient d'ailleurs pas sauté au plafond. « Après un déplacement à Kerfeunteun (0-2), nous aurions souhaité recevoir », reconnaît l'entraîneur.

Baptême du feu pour Laurent Kerleroux

Mais, quel que soit le terrain, la Coupe sourit, généralement, à ceux qui en veulent le plus. « Elle appartient aux joueurs, bien que je sois à leurs côtés pour les accompagner. Soit ils veulent continuer et ils s'accrochent, soit ils ne prennent pas suffisamment le match au sérieux et le risque de se faire éliminer existe », commente Laurent Kerleroux. Un coach qui, pour la première fois de sa carrière - joueur et entraîneur confondus - atteint le sixième tour.

Du temps où il entraînait la réserve de Plabennec, il a bien goûté aux 16es de finale, mais « c'était en tant qu'accompagnateur à Amiens. Bernard Maligorne nous avait invités à suivre l'équipe. » Des souvenirs, il en a pourtant plein la tête après une carrière bien remplie, qui l'a mené de Cléder, le club de ses débuts, vers Guingamp (3 ans), avant de rejoindre Plabennec comme joueur, puis entraîneur.

Est ensuite venue son expérience à Landivisiau, en tant que joueur puis entraîneur, avant de faire un break et de retrouver Cléder. Une formation qu'il a sérieusement aidée à accéder en DSR la saison dernière. Plouvorn lui a alors tendu les bras l'été dernier pour prendre en mains les destinées du club. Un nouveau challenge où il espère que la tradition de briller en Coupe de France ne se perdra pas...



Lire >>>


Comments