Coupe de France/ Plouvorn - Bastia, samedi (14 h 30). L'héritage des « Colosses »

publié le 14 nov. 2013 à 00:07 par Avant-Garde Plouvorn   [ mis à jour : 14 nov. 2013 à 04:51 ]



En l'absence de Stéphane Derrien et de Mickaël Moal, le capitaine, Jean-François Roguez (au centre), a été chargé par Olivier Morvan, Thierry Kerriou, Nicolas Séach et Régis Cueff (de gauche à droite) de transmettre leur message à la jeune génération. Photo Michel Pleiber


Des seize joueurs qui avaient écrit la plus belle page de l'histoire de Plouvorn en 2002 en éliminant (entre autres) le Stade Brestois, et qui avaient alors mérité leurs surnoms de « Colosses », il en reste encore sept en activité au club.



Parmi les trois d'entre eux qui sont quasiment certains de refaire de nouveau partie du groupe, 11 ans plus tard, pour recevoir Bastia, le capitaine, Jean-François Roguez, est devenu le dépositaire des valeurs et de la tradition de l'Avant-Garde. Après avoir fait ses premiers pas en DH en 1998, à l'âge de 18 ans, il est désormais chargé de transmettre à la génération actuelle, l'expérience de ses 15 années au plus haut niveau régional (dont neuf en DH) et, surtout, le message des six autres Colosses, parmi lesquels les deux gardiens sont les seuls assurés d'être appelés.

 Pour tous ceux qui seront bientôt en fin de carrière, c'est donc une sorte de testament de la Coupe de France qu'ils adressent à ceux qui iront défier l'Escadron Noir. 

Régis Cueff, l'emblématique capitaine de la décennie écoulée : « Ce match contre Bastia, c'est l'événement que vous n'allez plus jamais oublier, et qui va rester gravé dans votre mémoire. Plus que toutes les montées en DSE ou en DH, c'est ce dont vous parlerez toute votre vie entre vous quand vous retrouverez. Vous ne serez pas que des footballeurs qui ont joué ensemble, mais comme nous, vous formerez un groupe de copains soudés : ce sera des frissons à chaque fois que vous en parlerez » ! 

Olivier Morvan, l'actuel joueur entraîneur de la B : « C'est quelque chose que vous ne vivrez qu'une fois ou deux dans votre petite carrière, et vous aurez la chance que nous n'avons jamais eue, de disputer ce match dans notre chaudron de Plouvorn » ! 

Thierry Kerriou, l'avant-centre « bison » : « Ce sera un moment extraordinaire, car pour nous, 2002 c'est comme si c'était hier, parce qu'on en cause en permanence. Mais pour l'heure, même si ce n'est pas possible de ne pas y penser, il faut rester soft avant le match, et ne pas trop songer à l'éventuel exploit, mais se concentrer plutôt cette première demi-heure si importante .» 

Mick Moal, l'élégance faite libéro : « Vous devrez être solidaires et jouer les coups à fond, car vous n'en aurez pas beaucoup. Mais je sais que vous êtes capables de tout » ! 

Stéphane Derrien, le gardien titulaire : « Vous devez prendre un maximum de plaisir, car il y aura beaucoup de monde autour du terrain. Nous n'aurons pas de pression, car ce sont les Corses qui ont tout à perdre ».

Nicolas Séach, le tombeur de Brest, aujourd'hui doublure de luxe : « Vous ne devez pas jouer le match dans vos têtes avant, mais attendre d'être sur le terrain, car nous avons de la chance de jouer chez nous, et nous avons des qualités, quand même ». 

Jean-François Roguez : « C'est pour vivre cela que nous avons fait l'effort de battre Locminé : profitons en donc, à fond, pour ne pas avoir de regrets. Vivons le match et n'ayons pas peur de l'événement ».

 Soucre M.P.  dans le Télégramme ICI >>>
Comments