DH/ Plouvorn - La Vitréenne (B) (2-1). L'espoir renaît

publié le 21 avr. 2011 à 00:50 par Avant-Garde Plouvorn
L'AG Plouvorn a remporté le match qu'il ne fallait surtout pas perdre. Tout d'abord pour ne pas gâcher la joie de l'équipe B, qui fêtait son titre de championne, mais surtout pour ne pas perdre tout espoir de maintien.

Ce succès des Plouvornéens (2-1), tout à fait logique, est donc très encourageant à plusieurs points de vue. Au niveau comptable tout d'abord, car si le championnat s'arrêtait là, Plouvorn se maintiendrait. Sur le plan moral, il est évident que la manière de gagner va faire beaucoup de bien dans la préparation des prochaines échéances si importantes.

Cueff : «On a maîtrisé notre sujet»

En effet, on ne maîtrise pas par hasard cette équipe vitréenne: si elle n'a pas eu la moindre occasion de toute la partie, c'est parce que l'Avant-Garde a été dominatrice dans tous les compartiments du jeu. Et ça, c'est important pour la confiance. Important aussi, le fait que David Hallégot ait retrouvé le chemin des filets, car après avoir marqué à Plaintel, le voilà qui récidive (deux buts en deux matchs), ce qui ne lui était pas arrivé cette saison. Et encore, il aurait pu en marquer trois ou quatre, avec de la réussite. En dehors des quatre points, c'est le contenu de cette victoire qui comble d'aise le capitaine plouvornéen Régis Cueff (en photo ci-dessus) : «On a bien maîtrisé notre sujet sur l'ensemble du match. Nous avons pris beaucoup de plaisir. Mais on voit aussi qu'on peut se mettre en danger tout seul en DH. Une fois de plus sur un but contre son camp, le troisième de la saison. C'est vraiment la victoire de l'espoir, avec le tempérament qu'on a affiché: les consignes avaient été données là-dessus et je suis vraiment fier du groupe ». Laurent Kerleroux, le coach, savourait également de son côté: « Notre victoire est méritée, car on avait ce match bien en main, à part le dernier quart d'heure où je ne sais pas pourquoi on s'est mis à reculer, alors qu'on maîtrisait bien le ballon. La Vitréenne a poussé un peu, certes, mais nous étions bien en place: deux buts, c'était le minimum aussi, mais nous sommes tombés face à un très bon gardien qui sort deux ou trois à lui tout seul. Et ça faisait un moment qu'on n'avait pas vu Plouvorn jouer comme ça, avec autant d'envie: le navire flotte encore ! »


Lire le Télégramme ICI >>>




Comments