DH/ Plouvorn - Paimpol (2-1).Plouvorn continue à épater

publié le 3 déc. 2013 à 01:30 par Avant-Garde Plouvorn


Même si elle a été acquise dans la douleur, la victoire plouvornéenne ne souffre aucune contestation. Elle aurait même dû se dessiner bien avant la fin du match.


Tous les spectateurs étaient unanimes à la mi-temps pour reconnaître que le score de 1-0 à la pause n'était pas cher payé. Paimpol s'en tirait bien car le ticket de caisse aurait très bien pu être plus lourd si les Plouvornéens n'avaient pas manqué de réussite sur les trois occasions nettes qu'ils se sont procurées en 20 minutes : la tête trop croisée de Mickaël Quéré, la frappe sur le poteau de ce dernier, au sortir d'un geste lumineux, et l'occasion de leur capitaine lorsqu'il s'est retrouvé seul face au goal dans le petit rectangle. Plouvorn n'avait pas trouvé son compte, car la seule « demi-situation » qu'ont eue les visiteurs avait été bien maîtrisée par Stéphane Derrien lorsqu'il est sorti au devant de Yann Le Cudennec, mais qui ne faisait que compenser la sortie de leur gardien Théo Maynier dans les pieds de Bruno Velly. « Je n'ai rien eu d'autre à faire », exagérait un peu le portier plouvornéen, qui a tout de même dû aller chercher la balle au fond de ses filets lorsque Paimpol a profité de la baisse de régime du milieu de terrain local.

Quéré homme du match

Mais le dernier mot est en fait revenu à Mick Quéré, le meilleur joueur sur la pelouse dimanche (et depuis plusieurs matchs), qui a été récompensé de tout son talent. Du côté de Paimpol, Franck Loas a retrouvé le Plouvorn qu'il connaît bien, et est persuadé qu'il y aura des jours meilleurs pour son équipe : « Face à un Plouvorn toujours aussi vaillant dans les duels, et sur un terrain toujours aussi difficile, nous avons été méconnaissables, comme nous le sommes actuellement, parce qu'on est en manque de confiance depuis un mois. Il y a quand même du positif dans ce match, et notamment le fait d'être revenu au score, car, physiquement, nous étions au moins aussi bien qu'eux ».

Troadec :« On les a laissés en vie »

Quant à Guy Troadec, il savourait évidemment, avec une pointe de regret toutefois : « Je trouve simplement dommage qu'on n'ait pas pu tuer le match plus tôt. On les a laissés en vie alors qu'à la pause il ne devait plus y avoir de match. On a eu au moins trois occasions en première mi-temps, et trois autres en seconde. Mais ce qui est pris est pris et j'espère que notre situation va s'améliorer au classement après ça. »

Lire M. Pl. dans le Télégramme ICI >>>
Comments