DH/Plouvorn : Locminé: 0-4. Note trop salée pour Plouvorn

publié le 24 oct. 2010 à 23:45 par Avant-Garde Plouvorn   [ mis à jour : 24 oct. 2010 à 23:52 ]

Face à une équipe de Locminé qui les ont baladés en première période, comme personne ne l'avait jamais fait depuis belle lurette, les Plouvornéens peuvent mettre sur le compte des mauvais coups du sort leur retard de trois buts à la pause, qui anéantissait tout espoir de retour.

Les visiteurs sont tout de suite aux avant-postes, et il faut toute la vista de Derrien, le portier local, pour dévier d'un joli réflexe le ballon expédié par un coup franc d'Adjamossi, qui avait rebondi devant sa ligne (2e). Alors que les vagues des attaquants visiteurs déferlent sur la défense de Plouvorn, le premier mauvais coup du sort survient au quart d'heure, sous forme d'une tête malencontreuse de Loaec, qui prolonge dans son propre but, et dans un profond silence, un coup franc de Le Roux (15e, 0-1). Plouvorn a du mal à récupérer la balle, encore plus à la garder, mais s'en sort sans trop de dommage, jusqu'à ce que l'arbitre montre le point de penalty à la suite d'un ballon qui a touché la main de Labat: Clavel ne se fait pas prier pour doubler la mise (28e, 0-2).

Plouvorn manque de réalisme après la pause

Après un bon service d'Hallégot pour Prigent, trop court pour pouvoir réduire le score aux 6 mètres (40e), la Saint-Co est encore dangereuse par Le Boursicaud, contré dans le petit rectangle (41e). On s'achemine sur ce score vers la pause, lorsque Clavel adresse un tir aussi soudain que précis des 30 mètres, qui lobe Derrien (45e, 0-3). Dès la reprise, Locminé desserre son étreinte et Plouvorn en profite, par Quéré, tout d'abord, dont la frappe croisée manque de peu le cadre de Leroux (57e), par Da Costa ensuite, qui voit son coup franc pleine lucarne être dévié du bout des doigts par ce même Leroux (68e), et surtout par Hallégot, qui s'avance seul devant le dernier rempart visiteur, qu'il prend le temps de fixer, avant de faire plus difficile en plaçant le ballon sur le poteau (69e). Les derniers espoirs locaux venaient de s'envoler et, d'un coup franc tiré de la ligne de touche, Malleenfonce le clou par une frappe directe que personne ne touche, pas même le portier local (80e, 0-4).

Lire MP dans le Télégramme ICI >>>



Comments