DH/ TA Rennes - AG Plouvorn (2-1). Il s'en est encore fallu de peu !

publié le 12 nov. 2013 à 00:38 par Avant-Garde Plouvorn   [ mis à jour : 12 nov. 2013 à 00:38 ]

Tout comme à La Montagne et à Vannes, les Plouvornéens ont donc fini par s'incliner de justesse à Rennes, alors qu'ils s'estimaient en droit de revendiquer plus.

A La Guerche-de-Bretagne aussi, ils étaient sortis frustrés, malgré le partage des points, ce qui fait que chaque match à l'extérieur a apporté, jusqu'à présent, son lot de déceptions. L'équipe défend très bien, elle est toujours en place du début à la fin, et il faut toujours qu'il y ait un petit grain de sable, une petite faute individuelle ou un petit moment d'absence pour que la rencontre bascule du mauvais côté, alors que l'adversaire n'a pratiquement pas eu d'occasions. Plus que le manque de réalisme de son équipe, ou le trop grand réalisme de l'adversaire, c'est plutôt à la faute à « pas d'chance » que déplore Guy Troadec.

La même rengaine

« A Rennes comme ailleurs, on a l'impression de revivre la même rengaine, car nous nous sommes comportés comme à chaque déplacement, avec une première mi-temps très propre, peut-être même mieux qu'à La Montagne ou à Rannée-la-Guerche, en ayant des opportunités, et en étant très costauds et bien en place. A 0-0 à la pause, c'était parfait, comme on sait le faire à l'extérieur, et comme ça se passe souvent quand les matches sont si serrés, ça s'est débloqué sur un coup-franc direct, à la suite d'un petit cumul de bêtises de trois joueurs différents, qui a fait qu'on prend ce premier but dès la 47e minute. En bout de ligne, on ne prend une nouvelle fois pas de points, et sur nos quatre déplacements, ça commence à faire trois défaites, à chaque fois par des écarts d'un seul but, alors qu'on pouvait prétendre à rapporter quelque chose : c'est rageant, parce qu'on donne l'impression de pouvoir tenir la route, et qu'au final on ne prend rien, avec un point en quatre déplacements. La seule chose que j'espère maintenant, à force de répéter ce genre de match où nous ne sommes pas payés, il faut le reconnaître, c'est que très vite on pourra en gagner un! Il y aura bien un jour où, à force de faire autant d'efforts défensifs (car je n'ai vraiment rien à reprocher aux gars sur ce plan-là), on parviendra à gagner 1-0 à notre tour». Pourquoi pas samedi, alors, en coupe contre Bastia
?

Lire MPI   dans le Télégramme ICI>>>


Comments