DH/ Vannes OC - Plouvorn : 0-0. Le Vannes OC stagne

publié le 7 févr. 2011 à 00:08 par Avant-Garde Plouvorn   [ mis à jour : 7 févr. 2011 à 00:14 ]

Le Vannes OC n'est plus dans le rythme. Pas celui du terrain, mais celui qui consiste à engranger des points au classement, à imposer ses vues à l'adversaire quel qu'il soit, comme cela a été le cas depuis le début de saison.

Le Vannes OC stagne actuellement (3 nuls, 2 défaites sur les 5 dernières journées de championnat) et il est à craindre que ces points perdus soient ceux qui vont lui manquer à l'heure du décompte de fin de saison. Lionel Crenn avait le visage fermé de la déception à l'issue d'une explication contre Plouvorn où, c'est vrai, son équipe a été injustement privée d'un pénalty indiscutable peu après l'heure de jeu, qui aurait sans doute fait basculer la rencontre. Ceci ne saurait toutefois tout expliquer et tout absoudre des manques d'un ensemble qui ne parvient plus à peser offensivement sur l'adversaire depuis le retrait du jeune Le Baron, aujourd'hui intégré au sein de l'effectif professionnel. Le fait est qu'en première période, le rythme imposé par les Vannetais, rythme qui avait pour but de mettre à mal l'ensemble finistérien, n'a pas atteint son objectif. Tout simplement parce que cette équipe de Plouvorn avait suffisamment d'essence dans le moteur pour avoir une grosse présence physique dans les duels. Et les situations de Ouattara avec sauvetage sur la ligne de Cueff (7e) ou encore ce coup de tête de Pierre-Louis sur un coup franc de Rachdi (22e), s'avérèrent insuffisants. Dans le même temps, les deux face à face de Quéré (12e) et Corson (18e), avec deux sorties impeccables de Le Rouzic, tinrent largement la comparaison en terme d'occasions de but.

Le siège vannetais

Le niveau baissa d'intensité en seconde période, alors que les Finistériens avaient rapidement compris l'intérêt de signer des deux mains pour ce partage des points. Ils mirent en oeuvre le schéma idoine et traditionnel: abandonner le milieu de terrain et concentrer les forces sur un double rideau défensif. Et c'est là que le Vannes OC montra ses limites, incapable de percer cette muraille et plus encore de déstabiliser ce bloc défense parfaitement homogène et terriblement solidaire. Le bilan des visiteurs s'arrêta à trois frappes de Da Costa (46e, 56e, 86e). Celui du Vannes OC n'était pas forcement plus brillant malgré l'emprise totale sur le jeu avec une frappe de Pierre-Louis (67e), de Barveaux (74e) et un coup franc de Le Ho, deux fois repoussé par la défense dans le temps additionnel (90e+2). Précisons encore que le Vannes OC aurait eu les moyens de faire basculer la rencontre sur la faute de Le Traon sur Rachdi (67e) dans la surface mais M.Méhaust, surpervisé, n'avait rien vu.

Lire le Télégramme ICI>>>



Comments